GUILLAUME Maurice

Maurice Guillaume est né en 1899 dans le petit village de Mazy dans la province de Namur. Formé au départ par Auguste Verrees, l’organiste titulaire de la Cathédrale Saint-Aubain. C’est au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles qu’il obtient ses premiers prix : contrepoint dans la classe de Paulin Marchand en 1922, fugue dans la classe de Joseph Jongen en 1923, orgue dans la classe d’Alphonse Desmet en 1925 et le prix, rare à cette époque, de virtuosité à l’orgue, récompensé par la médaille du gouvernement en 1927. Dès 1920, il est nommé organiste de l’Eglise Saint-Sulpice à Jumet et, en 1942, il devient titulaire du nouvel orgue symphonique de l’Eglise décanale SS-Pierre-et-Paul de Châtelet.

C’est avec Joseph Jongen, le directeur du Conservatoire de Bruxelles, qu’il travaille la composition et l’orchestration. Maurice Guillaume a composé plus de 80 opus. A côté de son important corpus pour l’orgue et le piano, de nombreuses œuvres vocales et chorales et quelques pièces orchestrales, sa musique de chambre comporte, entre autres, une sonate pour piano et violon, un trio pour piano, violon et violoncelle et un quatuor à cordes. On retiendra aussi son opéra la grande clairière. Le style de Maurice Guillaume respire le post-franckisme accompli tout en effleurant Tournemire et Messiaen. En 1952, il sera d’ailleurs un des premiers à interpréter le livre d’orgue de ce dernier.

Maurice Guillaume enseignera aussi le piano au Collège jésuite de Charleroi dès 1930. Ses élèves se souviennent de ses leçons, toujours d’une heure : 25 minutes consacrées au piano, une vingtaine de minutes à l’harmonie et au contrepoint et un dernier quart d’heure à déchiffrer des symphonies de Haydn ou de Mozart à quatre mains, superbe exercice de lecture à vue. Interprète, compositeur, pédagogue, c’est donc un musicien complet qu’était Maurice Guillaume. Il n’est pas étonnant qu’il ait été un des onze fondateurs de l’IMEP en 1970. Il décède en 1983 à 84 ans après avoir entendu une dernière fois son quatuor. La superbe interprétation de la sonate en fa dièse de Maurice Guillaume à l’IMEP par Jean-Claude Vanden Eynden confirme aujourd’hui tout l’intérêt d’explorer l’œuvre de ce compositeur wallon.

Jean-Marie André, sur le site : www.imep.be

Les partitions

Votre panier0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0