FOURGON Michel

Compositeur et pédagogue né à Liège le 21 août 1968.
Il est issu d’un milieu musical : son père, Jacques Fourgon, a été longtemps professeur de méthodologie du solfège au Conservatoire de Liège et s’est fait connaître par ses recherches pédagogiques. D’abord élève à l’Académie de Musique d’Aywaille, Michel Fourgon a ensuite fréquenté le Conservatoire de Liège où, entre autres diplômes, il a obtenu en 1993 un premier prix de musique électroacoustique dans la classe de Patrick Lenfant ainsi celui de Mons où il a travaillé avec Claude Ledoux, chez qui il a remporté un premier prix de composition en 1994. En parallèle, il a pris des cours privés auprès d’Henri Pousseur (composition), Pascal Decroupet (analyse musicale) et Bernard Pierreuse (flûte). Il est en outre Licencié en Arts et Sciences de la Musique (Université de Liège – Faculté de Philosophie et Lettres) depuis 1992 et a poursuivis sa recherche dans ce domaine en préparant, sous la direction d’Henri Pousseur, une thèse consacrée aux rapports entre texte et musique dans la composition. Chargé de cours et coordinateur du Département de Musique de Chambre au Conservatoire de Liège depuis 1992, il a travaillé aussi comme chercheur à l’Université de Liège de 1993 à 1996.
Son catalogue touche à des domaines très divers. On y remarque en particulier plusieurs œuvres scéniques, qui révèlent son intérêt très vif pour le théâtre. Michel Fourgon s’est d’ailleurs associé en 1994 au metteur en scène Michaël Delaunoy afin d’élaborer un vaste spectacle de théâtre musical inspiré des Chants de Maldoror de Lautréamont. Cette collaboration a déjà donné lieu à la création de deux spectacles.
Sans être sériel, son langage découle partiellement du sérialisme, dans la mesure où tous les éléments mélodiques et harmoniques d’une pièce sont issus chez lui d’un matériau assez simple (une mélodie), comme une cellule-mère qui prolifère et engendre l’ensemble de la composition. On retrouve là l’esprit combinatoire du sérialisme, mais traité librement, dans un contexte atonal qui n’exclut ni les polarisations harmoniques ni certaines consonances, en fonction du contenu expressif recherché.
 
D’après Thierry Levaux – Dictionnaire des Compositeurs de Belgique du Moyen-Âge à nos jours

Les partitions

Votre panier0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0