DECERF Firmin

(Longvilly 1942)

Lauréat de l’Institut Lemmens (Malines-Louvain), Firmin Decerf a enseigné l’orgue et l’improvisation à l’IMEP (Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie Musicale) à Namur ainsi qu’à l’Académie de Musique de Bastogne. Organiste liturgique, il est actuellement titulaire de l’orgue Schumacher de l’église Saint-Pierre de Bastogne. Concertiste, il se produit tant en Belgique qu’à l’étranger et s’est rendu plusieurs fois en tournée aux USA.

Une grande part de son talent tient dans son art de l’improvisation, facette de sa personnalité musicale qu’il a particulièrement travaillée avec Pierre Cochereau à Paris et à Nice. Plusieurs de ses enregistrements sont dès lors consacrés à l’improvisation tant à l’orgue qu’au piano. De sa musique d’église on relèvera particulièrement « Le Chemin de la Croix et la Résurrection » (CD 2001) qui a été chaleureusement accueilli par la presse écrite. On retiendra aussi les « 20 Méditations Symphoniques improvisées sur les Mystères du Rosaire » (CD-DVD 2008). Dans un langage très personnel, fondé sur des thèmes grégoriens, Firmin Decerf évoque la vie du Christ telle que ressentie par sa mère. Cette œuvre, sensible et profonde, tente de dévoiler le cœur de la Vierge Marie dans la fluidité d’un langage qui rend hommage à la grande école française du XXe siècle. « Une étoile dans la nuit » (2004, Bayard-Nizet, Stavelot) doit aussi retenir l’attention. Ecrite à la demande de Craig Cramer (professeur d’orgue à l’université d’Indiana USA) pour le 60e anniversaire de la Bataille des Ardennes, cette œuvre est un hommage aux américains tombés au champ d’honneur. Hautement symbolique, elle met en relation l’étoile et la forme en étoile du « Mardasson ». Elle se veut lumière qui éclaire les hommes (thème descendant) et regard d’espérance de l’homme dans la nuit (thème ascendant) ; elle est surtout acte de foi en la résurrection et d’espoir en un monde meilleur. En avril 2004, Firmin Decerf participait à Dijon aux « Journées Pierre Cochereau » en tant que soliste et membre de la table ronde réunie autour de la personnalité de l’ancien titulaire de Notre-Dame de Paris, disparu 20 ans auparavant.

Notons encore ses multiples improvisations sur des films muets. Dans le cadre des « Ciné-concerts » du Centre cinématographique Jean Vigo à Bordeaux, « L’heure suprême » (1927), à l’orgue Dom Bedos de l’Abbatiale Sainte-Croix (2005) et « Le Golem », sur l’orgue de l’église Saint-Louis des Chartrons (2006) ; au Festival International de Wiltz (2006), « Le Mécano de la Général » de Buster Keaton (1927) ; aux « Rencontres Internationales du Film de Patrimoine de Vincennes » (2007, 2008 et 2009), « La Passion de Jeanne d’Arc » de Dreyer (1928) à la Salle Philharmonique de Liège (2012) et sur l’orgue de  l’église Saint Denis à Amboise (2014). En 2016, « Sherlock Holmes » de A. Berthelet sur l’orgue de l’église St Barthélemy à Liège, « Le Mécano de la Général » de B. Keaton dans le cadre du Festival de Namur, « L’Aurore » de W. Murnau à Amboise, Bruxelles, Liège, La Roche-en-Ardenne. En  2017 à Amboise, « L’Ange de la Rue » de Frank Borzage (1927) et à l’occasion du 60ème Juillet Musical de Saint-Hubert, il a donné un concert d’orgue à l’église Saint-Pierre de Bastogne, concert consacré à une littérature très large pour orgue et à l’improvisation. Outre le temps qu’il réserve au Festival d’Orgue de Bastogne qu’il a créé, il donne régulièrement des master-classes d’improvisation à l’orgue. A l’occasion de l’année académique 2019-2020, il a été sollicité, en tant que professeur invité, à donner des master-classes d’improvisation aux étudiants de la classe d’orgue du Conservatoire Royal de Liège.

La liturgie reste une de ses priorités en tant qu’organiste et c’est ainsi qu’il participe activement au renouvellement de la musique liturgique nationale et internationale en tant que compositeur (« Hymnes Nouvelles pour la Liturgie »: Temporal et Temps Ordinaire – Sanctoral et Communs chez MamE – Desclée). En septembre 2021, il a été invité à donner un récital d’orgue à l’église Notre-Dame de Bon Voyage à Cannes. Et en octobre 2021, à l’occasion du 10ème anniversaire d’ « Orgue en France », il a participé à la méga-improvisation donnée en continu pendant 12 heures à l’église Saint-Eustache à Paris. Cette longue improvisation a été donnée par 60 organistes.

www.firmindecerf-orgue-festival.be

Les partitions

Votre panier0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0